Avez-vous l’impression que l’agilité a atteint un plateau dans votre organisation?

Une amertume perdure chez certains leaders Agiles : une impression que l’agilité ne va pas au bout de ses promesses et qu’il y a encore beaucoup de place à amélioration. Avez-vous cette impression?

2001 a vraiment marqué un tournant dans l’histoire du développement logiciel avec la parution du manifeste Agile (agilemanifesto.org). À l’époque certains la voyaient simplement comme une mode passagère qui s’estomperait avec le temps. Aujourd’hui, 16 ans plus tard, l’Agile est plus présente que jamais et est maintenant utilisée dans la plupart des organisations qui cherchent à augmenter l’efficience de leurs activités de développement logiciel et s’étend même à d’autres secteurs d’activités.

Malgré ce succès, je constate qu’une amertume perdure chez certains leaders Agile : une impression que l’agilité ne va pas au bout de ses promesses et qu’il y a encore beaucoup de place à amélioration. Avez-vous cette impression ? Croyez-vous que l’utilisation des approches Agiles a atteint un plateau dans votre organisation ? Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce phénomène et nous nous attarderons ici sur les trois principaux, soit :

  • Une utilisation des approches Agiles localisée aux équipes de développement.
  • Un déploiement de l’Agilité appuyé seulement par Scrum.
  • Une inattention à l’impact culturel du changement provoqué par l’Agilité.

Lire la suite

Échec : le chemin le moins fréquenté

J’ai raté 9000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu presque 300 matchs. 26 fois, on m’a fait confiance pour prendre le tir de la victoire et j’ai raté. J’ai échoué encore et encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi j’ai réussi. – Michael Jordan

Je n’ai pas échoué, j’ai trouvé 10 000 solutions qui ne fonctionnent pas. – Thomas Edison

  • Est-ce qu’ils se sont sentis mal? OUI.
  • Est-ce qu’ils ont senti la pression de leurs pairs? Certainement.
  • Ont-ils voulu abandonner, revenir en arrière? Assurément.
  • Ont-ils appris de leurs échecs? Qu’en pensez-vous?

Lors d’un échec, est-ce que revenir en arrière est une solution pour essayer autre chose? Bien non! Car j’ai évolué, je ne suis plus le même. Je ne peux pas revenir dans l’état et l’écosystème d’avant, c’est impossible. Et pourtant, c’est ce que nous faisons tout le temps.

Essayer autre chose est-il vraiment garant d’un succès?

La phrase du gestionnaire « OK gang, on va essayer de faire du ABC » se résume dans la tête des gens : « Pis si cela ne marche pas, on va revenir comme avant. ». « Essayer », est-ce une façon d’annoncer un échec?

Voici un autre chemin possible :

  • Faire quelque chose;
  • Célébrer l’échec;
  • Faire une rétrospective, s’améliorer, se perfectionner;
  • Et revenir à la première étape.

Bref, le faire vraiment. Autrement, mais vraiment. Et cela jusqu’au jour où vous prendrez le succès à deux mains avec fierté, en regardant en arrière pour contempler tous ses alliés d’échecs qui vous ont aidé à grandir.

Je termine avec une phrase d’un vieux sage:

N’essaie pas ! Fais-le, ou ne le fais pas ! Il n’y a pas d’essai. – YODA

Le modèle de Satir et la contre-offensive culturelle

Ce deuxième modèle inspiré de Satir vous parle? Qu’avez-vous observé suite à l’adoption d’une approche Agile (« Foreign Element ») telle Scrum?

v2-ch1-satir-2

v2-ch1-satir-4

Les réactions peuvent être très différentes au niveau de l’individu, l’équipe, le département ou l’organisation dans son ensemble.

Avez-vous observé une intégration harmonieuse de la nouvelle approche ou étiez-vous plutôt dans un contexte de contre-offensive (pushback), résistance ou même d’indifférence?