Ne touchez pas à mon travail!

Je trouve que l’une des choses les plus difficiles à enseigner sur le plancher est la limitation des travaux en cours. Il y a beaucoup d’éléments qui sont contre-intuitifs lorsqu’on demande à des individus d’avoir un focus accru sur un nombre réduit d’éléments et qu’il y a toujours énormément de travail qui nous attend dans le détour.

Si vous avez besoin d’un petit rafraîchissement du pourquoi il faudrait travailler sur moins de choses à la fois, j’ai déjà écrit un petit truc là-dessus.

Quand on décide de s’y mettre, plusieurs difficultés viennent du contexte organisationnel:

  • Gestionnaire qui assigne du travail avec un focus sur l’occupation maximale;
  • Il y a un énorme backlog de demandes qui attend;
  • Le temps doit être saisi dans un outil de suivi à la minute près et dans la bonne tâche;
  • Il n’y a pas d’endroit pour saisir du temps d’attente ou du temps d’amélioration continue dans l’outil de suivi de temps;
  • Dans l’entreprise, avoir l’air occupé est un signe de succès;
  • Dans l’entreprise, avoir l’air inoccupé est un signe de paresse.

Ceci dit, une fois le contexte adressé et corrigé, les individus ont beaucoup de difficulté à se détacher de cette mentalité. Voici quelques types de personnalité que j’ai rencontrés dans la dernière année et qui participent à la surcharge de leur système.

Lire la suite

Êtes-vous une bonne gestionnaire?

Note de l’auteur: le féminin sera utilisé afin d’alléger le texte.

Êtes-vous une bonne gestionnaire? OUI. Les mauvaises gestionnaires ne prennent pas le temps de lire des articles sur internet et gèrent à l’instinct.

Maintenant que ceci est réglé, qu’est-ce qui différencie une bonne gestionnaire d’une excellente gestionnaire lorsqu’on se pose la question sous l’angle Lean-Agile?

Lire la suite

Devrait-on créer le Chief Agile Officer ?

Dans une récente publication sur l’un des réseaux sociaux de ce monde, j’avais questionné de la pertinence d’un CAO (ou Chief Agile Officer) au sein de compagnies. Trop peu de réponses me sont parvenues pour en conclure quoi que ce soit. Cependant, suite à des discussions avec mes collègues coachs et en prenant en exemple nos différents mandats de transformation, ainsi que de nouvelles opportunités dans de plus petites firmes, j’ai reposé la question. Cette fois-ci, merci mes amis collègues, les réponses ont été plus nombreuses, mais que nous permettent-elles de conclure sur le sujet ?

 

Explorons ensemble !

Lire la suite

Peut-on faire de l’Agilité en Recherche et Développement?

OUI !

Mais bon, lisez quand même l’article, ca me fera plaisir 🙂

J’ai récemment monté et présenté un atelier de mise en contexte Agile pour des chargés de projet qui ne sont pas liés à des projets informatiques, mais à de la R&D.

Lire la suite

Coacher l’Agilité au-delà des frontières

Imaginez le contexte suivant : une bonne connaissance à moi est chargée de mener un projet de développement d’un produit électronique (ingénierie) impliquant beaucoup de développement logiciel dans un contexte R&D.  Il travaille pour une grosse société habituée aux processus en cascade typiques de l’ingénierie, mais a entendu du bien de l’Agilité (par moi, ô mon Dieu) et veut utiliser cette approche.  Mais bien évidemment, il est à l’autre bout de la planète par rapport à moi et on n’a que le téléphone et les courriels pour échanger.

Il fait ses devoirs et lit sur le Web ce qui se rapporte à l’Agilité, et en a compris plusieurs caractéristiques : les itérations, l’engagement de l’équipe, la revue, etc.  Il oriente donc son équipe vers cette approche, même si évidemment, ne l’ayant jamais vécu, il n’en comprend qu’une petite partie.  En effet, après quelques échanges avec lui, je réalise :

Lire la suite

Quatrième partie : L’effet multiplicateur du codéveloppement personnel

Je vous parlais, dans les trois premières parties de ce blog, ‘Une famille est une équipe‘, ‘La maison, un laboratoire pour le bureau‘ et ‘Un jeu de miroir infini‘, du chemin qui part du coaching d’équipe agile en passant par l’éducation de nos enfants pour aboutir au développement personnel.

Lorsqu’on a en plus la chance d’être entouré de collègues qui sont arrivés sensiblement au même point que vous par, bien sûr, un tout autre parcours (chacun le sien), les échanges sont très riches et rebondissent dans tous les sens! Vous venez de découvrir le mouvement perpétuel appliqué au développement personnel.

Pour conclure ce blog, je propose donc à mes collègues et amis de partager leur expérience.

Lire la suite

Pourquoi visualiser notre travail?

Cet article a été rendu possible grâce à la collaboration de mes collègues Éric Wursteisen et Caroline Humbert. Éric a contribué au remue-méninges de l’atelier et Caroline a été la première à l’animer avec son équipe et sa rétroaction et ses commentaires ont été intégrés.

Si vous êtes comme nous, la plupart de vos interventions comme coach ou Scrum Master ont un lien avec la visualisation du travail.

Or, plusieurs personnes ne comprennent pas pourquoi et comment il peut être bénéfique de visualiser leur travail. Tout est dans leur tête ou disséminé ici et là et elles vivent très bien avec ça. Peut-on leur démontrer par un mini-exercice les bienfaits d’une visualisation, aussi simple soit-elle?

Cet article présente un atelier simple qui ne parle que de visualisation des travaux.

Lire la suite

Troisième partie : Un jeu de miroir infini

Comme je l’expliquais dans les deux premières parties de ce blog, ‘Une famille est une équipe’ et ‘La maison, un laboratoire pour le bureau‘, les schémas familiaux se dessinent aussi sur le lieu de travail et l’inverse est également vrai. Ainsi, observer les dynamiques relationnelles dans les équipes et leur progression par rapport à une cible m’a offert un miroir sur les interactions entre mes enfants. Dans ce miroir, se reflètent aussi les relations que j’entretiens avec eux. Dans ce miroir, enfin, je peux voir mon propre reflet. Accompagnement d’équipe ou individuel, dynamique familiale, développement personnel,… Tout est dans tout, et vice-versa!

Ainsi, comprendre la réalité complexe des personnes que j’accompagne, se mettre à leur place et tenir compte de leur maturité par rapport aux défis que j’aimerais tant les voir relever m’a rendu moins exigeant avec mes enfants. Puis plus bienveillant avec moi-même…

De plus, inciter les équipes à se doter d’objectifs m’a amené à m’en fixer et à être plus exigeant avec moi-même. Lorsque je suis tombé sur la citation de Gandhi « Montrer l’exemple n’est pas la meilleure façon de convaincre… C’est la seule. », ce fut une révélation (finalement, c’est elle qui m’est tombée dessus!): nos paroles ne réussissent à convaincre que ceux qui veulent bien être convaincu, ceux qui ont déjà fait une bonne partie du chemin. Une vraie différence ne se crée qu’en donnant l’exemple et, pour cela, il faut dépasser ses limites. Pour les dépasser, il faut en être conscient. Exigeant… et bienveillant!

Finalement, lorsque votre métier vous permet d’enrichir votre vie de famille et nourrit votre développement personnel, les frontières entre votre vie personnelle et votre métier s’estompent. Au cœur de cette boucle infinie, toute votre vie nourrit votre pratique et celle-ci, en retour, enrichit votre vie et vous vous sentez plus complet!

Imaginez alors ce qui se passe si vous êtes entourés de collègues qui sont dans le même élan! Ils se joindront à ma voix dans la dernière partie ‘L’effet multiplicateur du codéveloppement personnel‘.

Et vous, avez-vous un métier qui complète votre vie personnelle? Et si vous partagiez votre expérience avec nous en commentaire!

Deuxième partie : la maison, un laboratoire pour le bureau

Dans la première partie, ‘Une famille est une équipe‘, je vous expliquai comment le coaching d’équipes et d’employés a influencé l’éducation de mes enfants. Bien sûr, le parallèle se limite au coach qui se cache derrière le parent: nous n’avons pas les mêmes responsabilités envers nos enfants que les employés que nous accompagnons et il ne s’agit évidemment pas d’infantiliser nos coachés… d’ailleurs, je parle à mes enfants comme à des adultes en devenir!

Avec nos coachés comme avec enfants, il faut savoir écouter plus que parler. Poser des questions, répondre à leurs questions par d’autres et les laisser trouver les réponses par eux-mêmes. Souvent, on doit leur apprendre à apprendre et souvent faire taire l’expert en nous qui croit déjà connaître la meilleure réponse à leurs problèmes.

Lire la suite

Première partie : une famille est une équipe!

Quand j’ai commencé ma carrière de coach Agile, il y a 3 ans, j’ai très rapidement fait des liens, des parallèles entre ce nouveau rôle pour moi et mon rôle de parent. Non, je ne perçois pas mes clients comme des enfants! Par contre, en tant que parent, mon rôle est d’accompagner mes enfants (10 et 12 ans au moment où je vous écris) à devenir adulte, c’est-à-dire à développer des qualités comportementales dont ils ont tantôt envie (« quand je serai grand… »), tantôt pas du tout (ils voudraient rester enfants et en garder tous les avantages). Il en est de même pour beaucoup d’employés appelés à devenir Agile!

Une famille est une équipe et ses membres peuvent être accompagnés collectivement et individuellement!

J’ai ainsi tenté une première expérience basée sur la notion de valeur. Ce qui a de la valeur à mes yeux donnait des points : par exemple, mettre la table en équipe donne plus de points que le faire seul, car la collaboration, même si l’effort est moins grand, a un impact positif sur leur dynamique relationnelle. Mes enfants pouvaient ensuite utiliser ces points pour des activités dont ils fixaient la valeur (les points associés à la tablette ont occupé une bonne part des discussions!)

Lire la suite