Mes notes suite au cours de Daniel Vacanti

danielvacanticlassroom
Avertissement

Ce billet a la pure intention de vous inciter à suivre les formations Intro Kanban et Kanban Avancé de Daniel Vacanti qui se tiendront à Montréal et Québec à la mi-novembre.

Si vous croyez tout savoir à propos de Kanban (comme moi dans l’temps), je vous encourage à lire ce billet jusqu’à la fin. La formation de Daniel Vacanti en mai dernier m’a permis de devenir meilleur dans ma mise en application de Kanban.

J’aimerais donc vous partager les notes que j’avais conservées lors de a formation:

  • If work is piling up, ask the customer to stop.
  • A shorter cycle time gives a shorter feedback loop.
  • Achieve self-improvement in your team by using cycle time. 
  • Spending more time estimating, means spending less time doing the work.
  • To get more done, work on fewer things at once.
  • Focus on the workflow versus the roles.
  • WIP is the biggest influencer of cycle time and throughput.
  • How much will it cost? as a function of how long it will take.
  • Kanban board = Reality board
  • The key insight of Lean is that inventory is perishable. It is not an asset. It is a liability.
  • Policies are helpful when it comes to handling variability.
  • When work is piling up, move the WIP down. 
  • The flow is more predictable if we can throttle the input and output of my Kanban system.
  • The backlog column doesn’t have a WIP Limit, so it’s not considered part of the Kanban system.
  • An expedite process kills your predictability. You have to set the bar high to get into the Expedite lane.
  • Rename the Expedite Lane, switch to Flow Destroyer Lane.
  • Stair steps on CFD are indicative of batch work.
  • 11-12 dots with a good management of WIP Limit to have a good scatterplot.
  • Drive out uncertainty by doing the work.
  • Queue replenishment meeting = Sprint planning.
  • Handoffs is the way known to create columns.
  • 2-tier Kanban board: Workflow within workflow.
  • Bigger epics are sagas, legends and bibles.

Si certaines phrases vous paraissent floues ou incompréhensibles dans la liste précédente, c’est peut-être un signe qu’il reste certaines zones à explorer dans votre connaissance Kanban. Personnellement, je crois que vous avez le meilleur prof Kanban, Daniel Vacanti, pour vous aider à grandir avec cette organisation du travail.

Les 10 meilleurs citations du livre de Daniel Vacanti

danielvacanti

Après avoir lu l’excellent excellent excellent livre Actionable Agile – Metrics for Predictability de Daniel Vacanti, j’aimerais vous partager les 10 meilleures citations du livre.

1. Delay is the enemy of flow.

2. Remember that being predictable is not completely about making forecasts. The bigger part of predictability is operating a system that behaves in a way that we expect it to.

3. Kanban cannot work because there are no commitments. Nothing could be further from the truth. It is just that the approach to commitment is very different than, say, Scrum.

4. The first thing to know about variation is that it will always exist.

5. Think about all the time you have wasted in your life doing estimation. Think about all the time wasting in « pointless » debates of whether a story is a two points or three points. Using these percentiles is a means to get rid of all that. Measuring to get an SLA allows us to adopt a much lighter approach to estimation and planning.

6. If a team follows all of the principles presented in this book, then the SLA can be used as a substitute for many upfront planning and estimation activities.

7. Use your Scatterplot’s percentiles to collaborate with your customers in choosing a Service Level Agreement (SLA) for your process.

8. Predictability is the ability to make a quantitative forecast about a process’s future state.

9. A forecast is a calculation about the future completion of an item or items that includes both a date range and a probability.

10. Whenever uncertainty is involved then a probabilistic approach is necessitated.

11. The older a work item gets, the greater chance it has of aging still more.

12. The second reason is that CFDs (Cumulative Flow Diagram) are for looking backward.

Je sais. Il y en a 12 finalement. Honnêtement, j’ai pris plus de 50 notes dans cet excellent excellent excellent livre. Je me suis arrêté après 12 mais j’aurais pu facilement vous les beurrer ici, vous auriez trouvé ça trop long pis seriez retournés sur Facebook regarder des photos de chats.

By the way, Vacanti sera au Québec dans la semaine du 14 novembre pour donner ses cours Kanban. Le 14 novembre, il donne le cours Kanban Avancé à Québec. Et les 17 et 18 novembre, il sera à Montréal pour donner son cours Intro Kanban. Des formations incroyables à ne pas manquer pour toute personne qui désire monter en compétences avec cette approche.

Bonne lecture!

Les Octas… WoW !

ChDmVNNUoAEonfA

Nous avons ouvert le bureau de Québec il y a maintenant bientôt 10 ans.  À ce moment, l’Agilité était une rumeur à Québec, peut-être même une légende.  Le genre d’histoire qu’on ne sait pas trop s’il faut y croire ou pas.  On en parlait un peu mais personne ne savait vraiment ce que c’était.  Cependant, presque tous s’entendaient pour dire qu’il était impossible d’implanter ces concepts dans les grandes organisations.

Facilité s’est établi à Québec avec comme objectif de faire les choses différemment, d’innover, de créer et de changer les façons de faire.  Immédiatement, les principes Agiles nous ont attirés.  Nous nous sommes donc investis dans cette aventure depuis le tout début de notre histoire.  Au départ, les gens nous trouvaient « weird », ils nous jugeaient même.  Mais c’était notre vision et personne ne pouvait nous arrêter.  Sur notre chemin, nous avons trouvé des conseillers super-héros qui se sont joints à nous pour penser le changement et nous avons eu le privilège de partager cette vision avec des clients précurseurs.

Aujourd’hui, nous sommes en nomination aux Octas pour notre mandat de transformation Agile à Revenu Québec en collaboration avec Pyxis.  Oui oui, à Revenu Québec…oui oui, en Agile!  Et oui oui, dans la catégorie « Transformation des processus organisationnels».  Le simple fait d’être en nomination est une immense victoire pour nous.  En plus de bien travailler, on nous dit, d’une certaine façon, qu’on est vraiment en train de changer les choses et ça, croyez-moi, ça vaut beaucoup.

Merci à tous les artisans de ce projet, merci à notre gang de super-héros crinqués, merci à notre client, Revenu Québec qui fait une job de feu pour nous permettre de penser les projets TI autrement.  Merci à ceux qui y ont cru et merci à ceux qui y croient.  À suivre… le 2 juin.

Allez VOTER maintenant! La période de votation se déroule du 9 au 28 mai !

Jeff #proud #agile #teamdefeu #FaciliteQc

 

State of Agile 2016

Depuis maintenant 10 ans, la compagnie américaine VersionOne publie son sondage State of Agile.

Voici quelques points que nous avons retenus de la version 2016.

Adoption dans les grandes organisations

Le sondage montre bien la progression des approches Agiles dans les grandes organisations.

In 2006, nearly two-thirds of the survey respondents said they worked in software organizations with fewer than 100 people. By 2015, nearly two-thirds of the respondents said they worked for software organizations with more than 100 people, and 31% said they worked for software organizations with more than 1,000 people. The number of large enterprises that are embracing agile continues to increase each year. More than 24% of the respondents worked for organizations with over 20,000 employees, compared to 21% last year

Freins à l’Agilité

La culture semble encore être le frein à l’Agilité dans les organisations :

The key barriers to further adoption usually hinge around culture, including the ability to change, general resistance to change, and management support. Interestingly, the majority of respondents pointed toward company culture as the reason for failed agile projects as well. Once these barriers are overcome, the limiting factor most often cited has been availability of personnel with the necessary agile experience.

Raisons d’adopter l’Agilité

Accélérer la livraison, réagir aux priorités et améliorer la qualité restent les raisons d’adopter l’Agilité:

RaisonDeFaireAgile.PNG

Quelles méthodes Agiles sont les plus populaires?

Scrum et XP figurent (encore) en tête de peloton. Scrumban et Kanban sont au même pourcentage que l’année passée.

ApprochesAgileEmployees.PNG

Scaling Agile

On voit qu’en deuxième position, SAFe se positionne bien comparativement aux autres frameworks sur le marché (LeSS et DAD). Nexus de Scrum.org, est inexistant ici.

ScalingAgile 2015.PNG

Source: VersionOne.com

Auteurs:

Des formations Agiles plus techniques ça existe?

Vous êtes développeurs, architectes et vous avez l’impression que la majorité des formations Agiles ne parle que de processus, valeur, culture, gestion, ….?

Vous vous dites « Me semble qu’à la base de l’Agilité il y a l’excellence technique? »

Hé bien vous avez raison!  C’est pourquoi nous avons pris un soin jaloux de couvrir l’ensemble des perspectives reliées à l’Agilité  lors du développement de notre cursus de formation.  Et vous savez quoi?  Février vous offre deux belles opportunités pour aiguiser vos réflexes d’ingéniéries Agile avec :

Le développement piloté par les tests (TDD)  le 5 février à Québec et;

Architecture organique Agile et ouverte les 8 et 9 février à Québec.

Faites vous former par nos conseillers experts en techniques d’architecture et en développement Agile et saisissez la vague Agile !

 

4ième itération de mon livre

Après 11 mois sans publier une itération, je lance aujourd’hui la 4ième itération de mon livre  So You Want To Be A Hero – Soft skills at the core of Agile software development.

J’ai en effet débuté la rédaction d’un livre sur le savoir-être pour membres d’une équipe Agile en novembre 2014. J’y ai publié ma première itération avec seulement 10 pages grâce à la plate-forme Leanpub. J’ai eu près de 150 téléchargements et 20$ en financement. Cela a dépassé mes attentes, moi qui croyait que ma mère allait être ma seule lectrice. J’ai donc été propulsé à écrire une deuxième (décembre 2014) et troisième (février 2015) itération. En avril 2015, j’avais 200 téléchargements et 100$ en financement. Voici une capture d’écran de ma page de statistiques sur Leanpub.com:

LeanPubReaders LeanPubRoyalties

Bizarrement, peu de gens m’ont envoyé des commentaires à propos de mes publications. Cependant, les gens ont voté avec leur porte-feuille. Certaines personnes me donnaient 5$ ou 10$ sans aucun commentaire.

Au lieu d’écrire un livre d’un bout à l’autre et de le publier (la méthode traditionnelle), j’ai opté pour l’approche itérative. Grâce à la plate-forme Leanpub, il est possible de publier des itérations de son livre pour y obtenir des commentaires ainsi que du financement. On assigne un prix suggéré au livre. Les early-adopters paient ce prix et recevront en échange les publications subséquentes gratuitement. Je recommande à tous cette merveilleuse plate-forme basée sur les principes du Lean Startup.

Pourquoi ce si long délai entre la 3ième et 4ième itération? J’étais sur un autre projet de démarrage d’entreprise cet été, c’est-à-dire de la crème glacée à l’azote liquide. Le projet allait bien jusqu’à ce que j’endommage l’équipement. Avec l’arrivée de l’automne, je me suis donc remis au projet du livre.

Pendant l’écriture de mon livre, je ne veux pas que mon livre devienne un autre livre dans le magasin électronique d’Amazon. Je suis tombé par hasard sur le dernier livre de Seth Godin, It’s Your Turn. C’est un livre tout à fait génial pour sa mise en page unique. J’ai donc voulu faire la même chose que Seth en terme de format, c’est-à-dire un livre unique où chaque page est unique. Je me suis donc associé avec Nadège Dionne-Tremblay pour m’aider à réaliser une version papier que nous bâtissons de façon itérative et incrémentale. Nadège bâtit donc un document de travail qui, d’itération en itération, évoluera jusqu’à la publication finale. Nadège est très créative où elle travaille fort pour transformer le contenu électronique dans un format papier unique et percutant. Vous retrouvez donc deux formats aujourd’hui:

Lorsque le livre sera publié dans son entièreté en novembre 2016, vous aurez l’option d’acheter la version électronique et/ou la version papier. En étant sur le bureau de vos collègues, et par son style unique, j’espère que la version papier produise des conversations sur les thèmes qu’il contient.

Comme toujours, vous êtes les bienvenus pour réviser le contenu du livre ainsi que commenter la mise en page de la future version papier. Après tout, les bénéfices de l’approche itérative et incrémentale feront que ma prochaine itération sera encore meilleure que celle-ci.

Mon mindmap coach Agile

Suite à une commande de mon patron, j’ai monté un mind map du coach Agile. Contrairement au rôle de Scrum Master clairement défini dans le guide Scrum, la description du coach Agile n’est pas standardisée à mon avis. Il y a tout de même les belles initiatives du Agile Coaching Institute et de ICAgile pour leurs efforts à définir les niveaux de coach Agile ainsi que les objectifs d’apprentissage requis à chaque niveau.

De mon côté, je voulais partager le résultat de cet exercice. C’est mon job après tout alors je devrais être capable d’énumérer quelques-unes de mes responsabilités.

CoachAgile_Mindmap

J’ai regroupé les Post-It par thème (formateur, facilitateur, mentor, coach et savoir-être). Ma première constatation fût que les thèmes coach et savoir-être étaient les plus forts. Cela fait du sens à mon avis puisque ce sont souvent ces compétences que j’utilise dans mon travail. Néanmoins, je fais appel à des postures de formateur, faciltateur et mentor au courant de ma journée bien que ces postures soient moins présentes.

Selon vous, quels seraient les Post-It à rajouter à mon mind map papier?

Références

La rétrospective positive

Selon le guide Scrum, la rétrospective de sprint est « une occasion pour l’Équipe Scrum de s’inspecter et de créer un plan d’amélioration qui sera mis en place au cours du Sprint suivant. »

Au début de ma carrière de Scrum Master, je suivais cette définition assez rigoureusement. Cette rencontre était employée pour identifier nos problèmes et les régler. Cependant, en progressant dans ce rôle, j’ai remarqué que les gens devenaient fatigués d’être constamment mis au défi pour trouver des pistes d’amélioration. En creusant de plus en plus, on rencontrait des problèmes organisationnels ou professionnels qui ne pouvaient tout simplement pas être résolus. Cela minait l’humeur des gens. Curieusement, lorsque les commentaires restaient positifs à la rétrospective, l’équipe se dressait plus facilement un plan d’actions. Lorsque les gens se sentaient bien et fier d’eux-mêmes, ils travaillent plutôt à s’améliorer davantage.

J’ai aussi découvert que les rétrospectives positives se déroulaient mieux lorsqu’on utilisait un artéfact pour démarrer les conversations. Simplement démarrer la rétrospective en demandant aux participants de parler des aspects positifs du sprint était bizarre. Il fallait mettre la table, voir casser la glace.

Pour orienter les conversations positives, j’utilise habituellement deux outils: le calendrier niko-niko et le mood board. Le calendrier niko-niko est un outil bien documenté où on demande à chaque membre de l’équipe d’inscrire son état d’esprit général à chaque jour du sprint. On peut alors effectuer une rétrospective sur le niveau de bonheur de l’équipe à la fin du sprint.

Dans l’éventualité où un tel outil n’a pas été mis en place, je considère le mood board comme étant une bonne alternative pour démarrer des conversations positives. En somme, le mood board est un graphique où l’axe des X est la ligne du temps et l’axe des Y est le niveau de bonheur à travers le temps. Puisque ceci est un outil très scientifique, on peut remarquer que le niveau de bonheur maximal est le gros bonhomme Sourire dans la photo qui suit:

RetrospectiveMoodBoard

Il y a aussi des couleurs différentes pour illuster le parcours de chaque membre de l’équipe. Lors de ce projet, nous avons substitué plusieurs joueurs, d’où le début des courbes à différents moments. Une fois leurs courbes tracées, je demande aux participants dans la salle d’identifier des moments positifs en lien avec cet artéfact.

Dans la photo ci-haut, on remarque que le niveau de bonheur est à son plus bas aux itérations 5 et 6. Bien qu’on aurait pu s’enlisser dans les raisons qui nous amenées là, l’objectif de la rencontre était de rester positif. Les membres de l’équipe se sont donc mis à parler d’événements positifs qui les ont fait passer à travers cette période. Jean-Sébastien (ligne verte) a parlé de la venue positive de Martin #2 (ligne mauve). Et les conversations ont continué à être positives pour le reste de la rencontre.

Au final, aucun plan d’actions tangible n’est sorti de cette rencontre. Seulement de bonnes appréciations envers les membres de l’équipe. Et des fois, la reconnaissance par les pairs est ce qu’il faut discuter lors de la rétrospective d’équipe.