C’est mieux de fonctionner

(English follows)

Le développement logiciel est déjà difficile et, pourtant, face à un choix entre une solution technologique difficile ou une sécuritaire, nous choisissons souvent l’option risquée, souvent accompagnées de bénéfices supérieurs.  Les raisons d’affaires derrière ce choix sont claires, mais que se passe-t-il avec l’engagement de l’équipe face à ce défis supplémentaire?  Regardons de plus près comment, en tant que membre d’une équipe ou en tant qu’équipe dans une organisation, notre engagement change radicalement dépendamment si nous partageons cette charge avec nos gestionnaires.  Ici, l’attitude du leader Agile est clé.

Pour illustrer ceci, regardons une scène du film Moneyball où Billy Bean, le directeur général d’une équipe de baseball, a une conversation avec Peter Brand, un jeune homme avec la folle idée de choisir en utilisant seulement les mathématiques.  Dans la scène, Billy et Peter observent la première pratique de leur équipe nouvellement formée de joueurs indésirables. Peter, clairement stressé par l’ampleur du risque qu’ils prennent, regarde les joueurs, alors que Billy vient vers lui et lui dit: “C’est mieux de fonctionner!” À ce moment, l’attitude de Peter passe d’un bon stress à une peur intense avec la réalisation que Billy est prêt à lui donner le blâme en cas d’échec.  Heureusement, Billy donnait dans l’humour et Peter peut donc retourner dans son état de bon stress, mais toutefois plutôt confus par le sens de l’humour noir de son patron.

Peter, sans une organisation créant un espace sécuritaire pour faire l’essai de sa théorie, n’aurait jamais travaillé sur son idée.   Aussi, Billy aurait pu dire à Peter de mettre en place son idée, tout en le prévenant qu’il serait (Peter) responsable en cas d’échec.  Dans ce scénario, Peter aurait soit refusé l’emploi, soit fait trop de compromis pour éviter l’échec.  En réalité, dans notre histoire, Billy avait vraiment créé un espace sécuritaire dans lequel Peter pouvait prendre des risques, vivre des échecs, apprendre de ces derniers et prendre de nouveaux risques.  Bien que Peter soit responsable de la réalisation de son idée, Billy est clairement imputable d’avoir pris cette nouvelle direction. Cette collaboration, basée sur la confiance, les engage vers un but commun.

Créer un espace pour votre équipe demande un bon effort.  Se joindre à eux dans cet espace est le vrai défi.

tumblr_nhkky7aA0n1s0t6o2o1_500

Phillipe Cantin

This better work

Software development is hard enough, yet, when faced with the choice between a difficult or a safe technological path, we tend to choose the riskier one which often comes with better results.  The business reasons behind such a choice are obvious, but what about the team’s engagement toward this extra challenge?  Let’s take a particular look at how, as a team member or as a whole team inside an organisation, our commitment will change dramatically whether or not we are sharing the load with our leadership.  Here, the Agile leader’s attitude is key.

To illustrate this, let’s look at a scene from the movie Moneyball where Billy Bean, a baseball team general manager, is having a conversation with Peter Brand, a young guy with the crazy idea of selecting players using only math.  In the scene, Billy and Peter are witnessing the first practice of their newly formed team composed of unwanted players. Peter, clearly stressed by the huge risk they are taking, is observing the players as Billy Bean walks up to him and says : “This better work.”  At this moment, Peter’s mood changed from healthy stress to pure fear with the realization that Billy was ready to blame him personally if the plan fails.  Luckily, Billy was only joking and Peter could return to his healthy stress, now combined with the knowledge of his boss’s dark sense of humor.

Peter, without an organization creating a safe space to test his theory, would have never fully tried his idea.  Also, Billy could have initially told Peter to implement his idea while warning him that he (Peter) would be held responsible in case of failure.  In this scenario, Peter would have either not accepted the job or over-compromised in order to avoid failure.  In the actual story, Billy did create a safe space for Peter to take chances, fail, learn and try again.  Also, even though Peter is responsible for the implementation of his idea, Billy is clearly accountable for the decision of trying this new approach. This collaboration, based on trust, engages both of them in the same goal.

Creating a safe space for your team takes effort.  Standing in that space with them is the real challenge.

tumblr_nhkky7aA0n1s0t6o2o1_500

Phillipe Cantin

Échec : le chemin le moins fréquenté

J’ai raté 9000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu presque 300 matchs. 26 fois, on m’a fait confiance pour prendre le tir de la victoire et j’ai raté. J’ai échoué encore et encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi j’ai réussi. – Michael Jordan

Je n’ai pas échoué, j’ai trouvé 10 000 solutions qui ne fonctionnent pas. – Thomas Edison

  • Est-ce qu’ils se sont sentis mal? OUI.
  • Est-ce qu’ils ont senti la pression de leurs pairs? Certainement.
  • Ont-ils voulu abandonner, revenir en arrière? Assurément.
  • Ont-ils appris de leurs échecs? Qu’en pensez-vous?

Lors d’un échec, est-ce que revenir en arrière est une solution pour essayer autre chose? Bien non! Car j’ai évolué, je ne suis plus le même. Je ne peux pas revenir dans l’état et l’écosystème d’avant, c’est impossible. Et pourtant, c’est ce que nous faisons tout le temps.

Essayer autre chose est-il vraiment garant d’un succès?

La phrase du gestionnaire « OK gang, on va essayer de faire du ABC » se résume dans la tête des gens : « Pis si cela ne marche pas, on va revenir comme avant. ». « Essayer », est-ce une façon d’annoncer un échec?

Voici un autre chemin possible :

  • Faire quelque chose;
  • Célébrer l’échec;
  • Faire une rétrospective, s’améliorer, se perfectionner;
  • Et revenir à la première étape.

Bref, le faire vraiment. Autrement, mais vraiment. Et cela jusqu’au jour où vous prendrez le succès à deux mains avec fierté, en regardant en arrière pour contempler tous ses alliés d’échecs qui vous ont aidé à grandir.

Je termine avec une phrase d’un vieux sage:

N’essaie pas ! Fais-le, ou ne le fais pas ! Il n’y a pas d’essai. – YODA