Prioriser son carnet de produit de façon sécuritaire!

Ne vous inquiétez pas, l’Agilité n’est pas dangereuse à moins d’être un lutteur sumo à vélo. Je faisais plutôt référence à Scaled Agile Framework ou SAFe si vous le préférez.

Je vous l’accorde, l’introduction est peut-être boiteuse ou cheezy, mais que voulez-vous, je suis coach Agile et non un expert en marketing ou en communication!

Dans la quête d’efficacité Agile à grande échelle, nous retrouvons plusieurs cadres de travail (DAD, DevOps, Nexus, SAFe, etc.) qui proposent de façon prescriptive ou plus souple, une organisation du travail Agile. Le Scaled Agile Framework est un de ces cadres relativement prescriptif à bien des égards, mais certaines techniques préconisées sont assez intéressantes pour être aussi considérées en dehors de SAFe, dans vos projets Scrum par exemple.

L’une de ces pratiques concerne la priorisation des éléments du carnet de produit (Backlog Items). On le sait, il est souvent très difficile de prioriser de façon cartésienne, sans investir d’importantes ressources d’analyse. Ce n’est pas à la portée de tous d’avoir dans ses effectifs, des analystes d’affaires chevronnés pour faire une analyse de valeur espérée chiffrée rigoureusement. Les calculs de Valeur Actuelle Nette, de Taux de Rendement Interne, de Délai de récupération, et autres techniques sont coûteux à réaliser, et c’est encore plus vrai s’il faut décortiquer une analyse globale (valeur du projet) sur chacune de ses composants (les éléments du carnet).

C’est le PO qui décide!

On se replie donc plus souvent qu’autrement sur des techniques plus intuitives ou sur des techniques plus ludiques (p.ex.: répartir 2 000 $ en argent Monopoly sur le carnet de produit), qui peuvent devenir facilement la source de débats dans l’organisation si elles ne sont pas suffisamment encadrées et positionnées.

SAFe propose d’utiliser une adaptation d’une technique développée originalement par Don Reinersten, le Weighted Shortest Job First (WSJF) que j’ai librement traduit par Plus Court Travail Pondéré en Premier (PCTPP) et qui utilise la puissance de l’intelligence collective.

Pour « prioriser de façon SAFe », on a besoin de reconnaître quatre axes d’évaluation pour chacun des éléments de carnet de produit. Ils se décrivent sommairement comme suit:

WSJF-empty

L’incontournable suite de Fibonacci!

Ensuite, la technique est assez simple et s’apparente au Planning Poker. Elle utilise, elle aussi, la bien connue suite de Fibonacci (1, 2, 3, 5, 8, 13, 20) pour évaluer de façon relative les quatre axes des éléments de la liste, un élément par rapport aux autres. Bien entendu, un comité de PO peut contribuer à la notation des trois premiers axes (qui constituent le coût du délai) mais pour le quatrième, la taille du travail (voir note 1), l’évaluation devra être faite par – au moins – un comité restreint d’experts techniques ou – encore mieux – par l’équipe qui réalisera les travaux (en évaluant les éléments au cours d’une itération 0 par exemple). Ainsi:

  1. Il faut estimer les éléments, une colonne à la fois;
  2. On identifie, parmi toute la liste, l’élément méritant la plus faible note selon l’axe évalué et on lui assigne la note 1. Il est impératif qu’il y ait absolument au moins un « 1 » dans chacune des colonnes;
  3. Ensuite, comme au Poker Planning, on évalue les autres éléments en relation avec les notes données précédemment dans le même axe. Les éléments plus gros que le chiffre maximum disponible (p.ex: 40), sont découpés en deux ou plusieurs éléments;
  4. Lorsque terminé, on passe à l’axe suivant, c’est à dire à la colonne suivante;
  5. Lorsqu’on a évalué les 4 critères, on obtient un tableau similaire à ceci:WSJF-data
  6. Finalement, lorsque terminé, on calcule le Plus Court Travail Pondéré en Premier (PCTPP) selon l’équation suivante.

PCTPP = (VAU + CE + RR-PCOA) / TT

L’élément du carnet ayant le PCTPP le plus élevé représente le prochain plus important élément à réaliser. Un carnet priorisé pourrait avoir l’air de ceci:

WSJF-full

Pendant que les années passent, les idées marchent – Georges Courteline ; La philosophie de Courteline (1917)

Les situations évoluent, les besoins changent et le temps passe. À titre d’exemple, si l’on se rapproche d’une date butoir réglementaire, l’indice de criticité de l’échéance (CE) augmentera invariablement d’une itération à la suivante.  Alors bien entendu, vos bonnes habitudes de maintenance du carnet (backlog grooming) seront plus qu’utiles pour garder la tête… au dessus du guidon!

L’avez-vous essayé?


Note 1: Le modèle de Reinersten utilise le concept de la durée et non de la taille. SAFe juge – et je suis assez d’accord – que la taille (les points Poker « Plannés ») a une corrélation forte avec la notion de durée de Reinersten. En Agilité, on s’attend à ce que les équipes soient dédiées et disponibles, ce qui valide cette forte corrélation. Si ce n’est pas le cas dans l’organisation, alors dans le modèle proposé par SAFe, il faut tenir compte de la disponibilité des ressources dans l’évaluation puisque deux travaux de taille similaire, mais l’un requérant des ressources qui ne sont pas encore disponibles, auront une durée de réalisation différente. Le contexte de votre organisation est encore une fois, un élément qui sollicitera de la souplesse…

Sources: Pour en savoir plus, je vous invite à consulter:

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s